Projet d’accélération de la Transformation digitale au Burkina Faso : sa logique d’intervention au menu des échanges entre les parties prenantes

0

(Ouagadougou, le 20 février 2023). Le Ministère de la Transition digitale, des Postes et des Communications électroniques a organisé ce matin à Ouagadougou, une réunion de cadrage pour l’élaboration du document du Projet d’accélération de la transformation digitale du Burkina Faso. Un Projet qui, une fois élaboré, devrait bénéficier de l’accompagnement financier de la Banque mondiale. La cérémonie d’ouverture a été présidée par le Conseiller technique, Saïdou YANOGO, représentant le Secrétaire général du département.

Les constats majeurs et les grands défis à relever, la justification du projet, le choix de la zone d’intervention, la cohérence du projet avec les référentiels de développement, les principes et les différents acteurs de mise en œuvre sont entre autres points qui feront l’objet d’échanges au cours de cette rencontre. La communication sur ces points est assurée par le Directeur général des Etudes et des Statistique Sectorielles (DGESS) du département en charge du numérique, Braïma BARRO. Les participants à cette rencontre en plus de ceux issus du Ministère en charge du numérique, viennent d’autres départements et institutions.

« C’est un projet qui ne va pas s’intéresser à un seul aspect mais à plusieurs aspects. Il y aura les infrastructures, le renforcement de la gouvernance numérique et des aspects sur le développement de compétences… Ce projet a donc plusieurs dimensions qui nécessitent que nous qui sommes les acteurs de sa mise en œuvre nous puissions nous concerter, nous puissions travailler en synergie pour identifier les actions à inscrire qui vont faire de ce projet un projet structurant », a indiqué le Conseiller technique, Saïdou YANOGO.

Il a pour ce faire, au nom du Secrétaire général, invité les participants « à s’impliquer dans leurs domaines respectifs afin que les priorités du Burkina dans ce projet soient bien identifiées et faire en sorte que la Banque mondiale puisse prendre en compte ces priorités ».

DCRP/MTDPCE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *