Journée internationale « tolérance zéro aux mutilations génitales féminines » au Burkina Faso

0

MESSAGE DU MINISTRE DE LA SOLIDARITÉ, DE L’ACTION HUMANITAIRE, DE LA RECONCILIATION NATIONALE, DU GENRE ET DE LA FAMILLE

Instituée en 2003 par le Comité interafricain sur les pratiques traditionnelles affectant la santé des femmes et des enfants (CI-AF), le 06 février 2023 est commémoré la journée internationale << Tolérance zéro aux Mutilations Génitales Féminines ».

Cette année, le thème retenu pour marquer la 20ème édition de la commémoration de cette journée est «< s’associer aux hommes et aux garçons pour transformer les normes sociales et de genre afin de mettre fin aux Mutilations génitales féminines >>.

Ce thème invite à une transformation des normes sociales pour plus d’équité et de respect des droits de la femme et de la jeune fille. Pour cela, une synergie d’actions de toutes les composantes de la société, les femmes et les jeunes filles mais aussi les hommes et les garçons, est indispensable.

En effet, les normes sociales en particulier les rôles sexospécifiques néfastes et les déséquilibres de pouvoir qui sont à l’origine des MGF doivent être transformés et de nouvelles normes sociales plus équitables doivent émerger à travers l’action des hommes et des garçons, qui, jusque-là, n’étaient pas associés à la lutte sous prétexte que ces violences ne concernent que les femmes.

En rappel, selon le Rapport Annuel de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en 2012,

la pratique des MGF touche entre 100 à 140 millions de femmes et de filles dans le monde.

Au Burkina Faso, selon l’Enquête Multisectorielle Continue (EMC) réalisée en 2014, le taux de prévalence de la pratique était de 67,6% pour les femmes de 15 à 45 ans et de 13,3% pour les enfants âgés de 0 à 14 ans.

Les MGF du fait de leurs conséquences néfastes au plan sanitaire et socio-économiques, constituent une préoccupation majeure pour les autorités du Burkina Faso qui, pour venir à bout, ont élaboré et mettent en oeuvre des stratégies de prévention et de répression.

Aussi, dans la perspective de la tolérance zéro à 2030, je lance un appel à tous les acteurs de la promotion de l’élimination des MGF pour une mobilisation conséquente des ressources pour la mise en œuvre réussie de la Stratégie nationale pour l’élimination des MGF (SNE/MGF 2022-2026) et de l’initiative « SALEEMA» pour une victoire certaine sur les MGF au Burkina Faso et en Afrique.

J’appelle solennellement les hommes et les garçons et toutes les personnes de bonne volonté non seulement à une vigilance accrue mais aussi et surtout à dénoncer par tout moyen auprès des autorités compétentes tout cas ou tentative de pratique d’excision au Burkina Faso.

Je voudrais une fois de plus réitérer la reconnaissance du Gouvernement aux partenaires techniques et financiers, aux organisations non gouvernementales (ONG) nationales et internationales, aux leaders communautaires, aux professionnels de la justice, de la santé, des médias et à tous les acteurs pour leurs inlassables efforts dans la lutte pour l’élimination des MGF et dont l’action participe considérablement à la promotion d’un développement humain durable au Burkina Faso.

la commémoration de cette Journée est pour chacune et chacun, l’occasion de réaffirmer sa détermination à combattre et éradiquer les Mutilations Génitales Féminines au Burkina Faso en 2030 et assurer un plein épanouissement à nos filles et aux femmes.

Ensemble, veillons à accélérer et accroître les investissements dirigés vers l’implication des hommes et des garçons pour une transformation des normes sociales et du genre réussie condition essentielle pour éliminer les MGF au Burkina Faso.

Ensemble, disons NON à la pratique de l’excision au Burkina Faso.

Ouagadougou, le 06 FEV. 2023

Nandy SOME/DIALLO Administrateur Civil

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *