Exploitation des drones : Jua aviation academy veut donner le goût aux Burkinabè

0

Le samedi 9 décembre 2023, Jua aviation academy a organisé une conférence publique. Objectif, susciter l’amour de l’exploitation des drones, prévenir sur les menaces liées à cette exploitation et donner les mesures permettant de contrecarrer les menaces.

Ariane Jessica BASSOLE, télépilote de drone

Au Burkina Faso, l’exploitation des drones est un domaine qui prend son envol peu à peu. Mais comment amener la population à plus s’intéresser à ce domaine tout en respectant les lois. C’est la raison de la tenue de cette communication organisée par Jua aviation academy sur le thème « l’exploitation des drones civils au burkina faso face à la menace non-militaire ». « Nous avons pensé à cette communication pour sensibiliser les gens sur l’utilisation des drones. C’est un domaine très porteur, mais beaucoup de personnes l’ignore », a laissé entendre Ariane Jessica BASSOLE, télépilote de drone. En effet, le drone se définit comme un aéronef sans pilote qui peut voler de façon autonome ou être contrôlé à distance depuis le sol. À noter que les premières utilisations de cet appareil étaient exclusivement réservées aux départements de la sécurité et de la défense.

De nos jours, les drones peuvent être utilisés dans plusieurs domaines tels que la cinématographie, la recherche et le sauvetage, la sécurité. Selon l’expert en aviation civile, Ibrahim Wendsore GANSORE, bien qu’il peut impacter positivement la vie humaine, le drone peut être une menace pour la sécurité nationale. « Les capacités de surveillance des drones pourraient aider à planifier une attaque, et la possibilité d’y attacher des armes à feu et des engins piégés constitue une menace qui doit être prise au sérieux », a indiqué Ibrahim Wendsore GANSORE.

A cet effet une loi a été votée en 2021 pour réglementer l’utilisation de drones au Burkina

Pour utiliser un drone, il y a un certain nombre de règles à respecter. Au Burkina Faso une loi a été votée portant régime juridique applicable aux drones, il s’agit de la loi N 028-2021/AN.

Ainsi, un drone civil ne peut être exploité pour des activités autres que les sports et les loisirs au Burkina Faso sauf s’il est identifié par l’administration en charge de l’aviation civile. Un certificat d’identification est délivré à son propriétaire ou à son représentant légal.

Qui peut être pilote de drones ?

Pour piloter un drone, il faut être détenteur d’une licence. Cette licence est délivrée par les institutions de formation professionnelle sous la supervision de l’agence nationale de l’aviation civile (ANAC). « Cette licence vous permet de vendre vos compétences même à l’international », a fait savoir Ariane Jessica BASSOLE.

C’est un sentiment de satisfaction qui anime les participants et les organisateurs

« Ça a été une très belle communication. C’était un moment de partage d’expériences et on a beaucoup appris », a apprécié Ezer Zeba.

C’est ce sentiment de satisfaction qui anime aussi les organisateurs. « La communication n’a pas été simplement une présentation, nous avons appris aussi d’autres choses venant des participants. Nous sommes vraiment satisfaits« , s’est réjoui Ariane Jessica BASSOLE.

Par ailleurs, elle a invité les Burkinabè à ne pas voir la rigueur dans les réglementations pour baisser les bras car « les drones sont utiles en ce sens qu’ils facilitent la tâche dans beaucoup de domaines », a-t-elle dit. « Notre combat, c’est d’amener les Burkinabè à s’intéresser à l’exploitation des drones pour faire développer le domaine au Burkina voilà pourquoi nous allons continuer dans la communication « , conclut-elle. 

Ifaso.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *